Haïm Vidal Sephiha, professeur de linguistique hispanique, spécialiste du judéo-espagnol et professeur émérite de l’Inalco, s’est éteint le 17 décembre 2019 dans sa 97e année, après une vie de recherche entièrement consacrée au judéo-espagnol et au ladino.
Haïm Vidal Sephiha est né en 1923 à Bruxelles dans une famille judéo-espagnole originaire d’Istanbul. Après des études d’agronomie interrompues par la guerre il est déporté depuis la Belgique, en 1943, au camp d’Auschwitz Birkenau. Il survit à la Shoah, et étudie la chimie à l’université de Bruxelles dont il sort diplômé en 1948. Après la mort de sa mère en 1950, il décide de consacrer sa vie à l’étude du judéo-espagnol, la langue de sa famille. Il entreprend en 1953 des études de langue et littérature espagnole à l’Institut d’Etudes Hispaniques de la Sorbonne, suit les enseignements de Bernard Pottier, de David Cohen et les cours de I. S. Revah à l’École Pratique des Hautes Etudes (IVe section) puis au Collège de France. Après un travail sur les traductions du Livre de Jérémie imprimées au XVIe siècle, il soutient en 1970 une thèse de doctorat sur Le ladino, judéo-espagnol calque – Deutéronome, qui sera publiée en 1973 aux Editions Hispaniques sous les auspices de Charles Vincent Aubrun. Haïm Vidal Sephiha y développe à partir de la Bible de Ferrare (1553) et du Pentateuque de Constantinople (1547) sa démonstration selon laquelle le ladino – langue-calque de l’hébreu, liturgique et pédagogique –re ne peut être confondu avec le judéo-espagnol vernaculaire, même s’il existe des influences mutuelles. La même année il fonde à l’École Pratique des Hautes Etudes (IVe section) des cours/ateliers destinés à former des chercheurs et à recueillir la parole, la langue et la littérature orale des Judéo-Espagnols. Marqué par l’anéantissement de cette culture en Europe durant la 2e guerre mondiale, il multiplie les démarches en France et à l’étranger pour la sauvegarder partout où elle subsiste et publie aux éditions Entente en 1977 L’Agonie des Judéo-Espagnols, puis, en 1986, Le Judéo-espagnol. Il diffuse les travaux de Michael Molho et de Joseph Nehama sur Salonique, réédite l’ouvrage d’histoire de Moïse Franco sur les Israélites de l’Empire ottoman, publie le roman judéo-espagnol du salonicien Enrique Saporta y Beja. Depuis 1968 il enseigne la linguistique hispanique à Paris 3 et assure depuis 1967 les cours de judéo-espagnol au sein du département d’hébreu de l’Inalco. Ses ateliers accueillent des chercheurs et des auteurs du monde entier et il publie de très nombreux articles dans des revues savantes (Bulletin de la Société Linguistique de Paris, Revue des Études Juives, Cahiers de Linguistique Hispanique Médiévale, Cahiers Balkaniques, Ibérica, International Journal of the Sociology of Language, Massorot…) et des volumes collectifs. En 1979 il soutient à Paris 3 sa thèse d’état sur la théorie du ladino, Le Ladino – Structure et évolution d’une langue liturgique (éditée en 1982). La même année il fonde l’Association Vidas Largas « pour le maintien et la promotion de la langue et de la culture judéo-espagnoles », qui servira de référence dans le monde entier. L’association qui compte un grand nombre de membres, organise des ateliers, des cours et des conférences, édite un bulletin et des ouvrages, promeut des œuvres, des auteurs, des artistes, des projets. Présente à Paris, Lyon et Marseille, elle crée des émissions de radio à partir de 1981. Cette année-là, Haïm Vidal Sephiha devient à Paris 8 Professeur des Universités en linguistique hispanique et il obtient en 1984 le transfert de son poste à l’Inalco pour y ouvrir la première « chaire » entièrement dédiée à l’enseignement et à la recherche en langue, littérature et civilisation judéo-espagnoles. Il y enseignera jusqu’en 1992, date à laquelle il devient professeur émérite. Il a dirigé de nombreuses thèses et travaux et n’a jamais cessé de poursuivre ses conférences et la publication d’articles sur la Shoah, le judéo-espagnol calque, auquel il réserve ombrageusement le nom de ladino (ce qui lui vaudra de nombreuses polémiques) et le judéo-espagnol vernaculaire de l’ex-Empire ottoman qu’il choisira d’appeler djudezmo et qu’il situe dans le prolongement de l’espagnol médiéval comme la haketiya du Maroc. Deux hommages lui ont été consacrés : deux volumes de la revue Yod en 1992 et Hommage à Haïm Vidal Sephiha en 1997 (dirigé par W. Busse et M.-Ch. Varol Bornes chez Peter Lang). Il a publié en 2015 avec son fils Dominique Vidal un volume d’entretiens Ma vie pour le judéoespagnol aux éditions Bord De L’eau.
Avec lui, l’hispanisme perd un romaniste averti et le monde judéo-espagnol un infatigable défenseur et un polémiste redoutable.
Marie-Christine Bornes Varol
 

IX CONGRESO INTERNACIONAL DE LA AHBX (Asociación de Hispanistas de Benelux)
TENDENCIAS ACTUALES EN EL HISPANISMO
Universidad de Amberes - 17 y 18 de septiembre de 2020
 
Nos complace anunciar que el IX Congreso Internacional de la Asociación de Hispanistas del Benelux tendrá lugar en la Universidad de Amberes (Bélgica) los días 17 y 18 de septiembre de 2020. Bajo el tema “Tendencias actuales en el Hispanismo” invitamos a académicos y profesores del Benelux y otros países a reflexionar sobre el estado y las nuevas corrientes de los estudios hispánicos en una variedad de disciplinas. Para ello el congreso propone las siguientes mesas sobre las que se puede leer las descripciones en el anexo a esta circular y en la página web del congreso https://www.uantwerpen.be/en/conferences/congreso-ahbx/
Mesa 1: Nuevos retos y límites del cine hispanoamericano
Mesa 2: Didáctica de la literatura española. Estudiantes lectores, prácticas didácticas y corpus literario.
Mesa 3: Enseñar Español para Fines Específicos en el siglo XXI. Nuevas tendencias y retos pendientes.
Mesa 4: Humanidades Digitales e Hispanismo
Mesa 5: Lingüística Española. Nuevas tendencias en el estudio del español oral
Mesa 6: Feminismo y literatura en español hoy: estado, perspectivas y prácticas.
Mesa 7: Hispanismos periféricos
Toda la información detallada sobre este Congreso está disponible aquí.
 

SOCIÉTÉ DES HISPANISTES FRANÇAIS
DE L’ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR
Nadia Mékouar-Hertzberg
Vice-présidente
Paris, le 5 octobre 2019
Chères collègues, chers collègues,
Au nom de la Présidente, Hélène Thieulin Pardo, et du comité de la SHF, je vous adresse cet Appel à candidature pour le 15e Concours des bourses de la SHF afin que vous puissiez proposer la candidature de vos doctorant.e.s.
Les finalités et modalités du Concours, que je déclare ouvert par cette lettre, sont les suivantes :
-Les bourses de la SHF, ouvertes à tous.tes les doctorant.e.s, ont pour objet de contribuer à financer des séjours à l’étranger dans le cadre de leur recherche.
-La SHF offrira au maximum 3 bourses en 2020, pour des séjours en péninsule ibérique ou en Europe (800 € chacune) ou pour des séjours en Amérique latine ou autres territoires non européens (1300€ chacune). La répartition entre les différentes aires sera dictée par la qualité respective des dossiers.
-Le jury ou « comité des sages » agit en toute indépendance du Bureau et du Comité de la SHF. Il est composé de membres émérites représentant les spécialités suivantes : Moyen Âge, Siècle d’Or, XVIIIe s.-XIXe s., XXe s.-XXIe s., Amérique coloniale, Amérique contemporaine, arts, cinéma, poésie, linguistique, études catalanes, études lusophones.
-Le classement des candidat.e.s est global. Il se fait exclusivement au mérite et ne tient pas compte des spécialités. L’attribution des bourses est conditionnée par la qualité des dossiers présentés. Une liste complémentaire sera présentée, à laquelle la SHF aura recours en cas de désistement d’un.e lauréat.e de la liste principale.
-75% de la bourse seront versés au moment du départ, puis le reliquat après remise du rapport de mission à la Vice-présidente en charge des bourses.
-La bourse doit être utilisée impérativement pour un déplacement ayant lieu dans le courant de l’année civile 2020.
-Il est expressément demandé aux directeurs-trices de recherches de présenter au maximum deux candidat.e.s. Le/la directeur-trice doit être impérativement membre de la SHF et adhérent depuis au moins 3 ans (ou régulariser sa situation en s’acquittant de trois cotisations) puisque ce sont les cotisations de ses membres qui permettent le financement des bourses. Le/la candidat.e doit être également adhérent.e de la SHF.
Le dossier de candidature doit comporter :
* l’acte de candidature sur papier libre précisant notamment le sujet de la thèse et le nom du directeur-trice de recherche ;
* le CV du/de la candidat.e (données personnelles, cursus universitaire, concours...) ;
* l’avis circonstancié du/de la directeur-trice de recherche qui mette l’accent sur l’originalité et la pertinence de la recherche entreprise ;
* le programme détaillé des recherches à mener sur le terrain précédé d’un état d’avancement de la thèse ainsi que –les membres du comité des sages insistent sur ce dernier point– de la problématique et de la méthodologie adoptées (entre 2 et 3 pages)
* l’engagement écrit de fournir un rapport circonstancié (entre 2 et 3 pages) en fin de séjour et de remettre, après soutenance, un exemplaire de la thèse à la Vice-présidente de la SHF chargée des bourses, qui pourra, avec l’accord du/de la candidat.e, la mettre en ligne sur le site de la SHF.
Voici le calendrier des opérations et quelques modalités pratiques :
Le concours est ouvert ce jour par diffusion au moyen de la liste de diffusion de la SHF. Nous demandons aux correspondant.e.s SHF de relayer l’information en affichant cette lettre dans les départements ou dans les UFR et en la transmettant aux directeurs /directrices de centres de recherches ; l’avis de concours est également consultable sur le site de la SHF (www.hispanistes.org).
Les dossiers de candidature doivent être adressés, en un seul pdf et par voie électronique, avant le 20 janvier 2020, à .
Le comité de la SHF, dans sa réunion du 1er février, arrêtera la liste définitive des candidats. Le « comité des sages » se réunira au plus tard en mars 2020, et établira son classement des lauréat.e.s. Il le transmettra à la Présidente et à la Vice-présidente chargée du concours pour affichage sur le site internet de la SHF. C’est par cette voie que les lauréat.e.s seront averti.e.s que leur dossier a été retenu. Il leur appartient ensuite de prendre contact avec le Trésorier de la SHF, Xavier Escudero, pour demander le versement de leur bourse.
Les résultats seront proclamés lors de l’Assemblée Générale de la SHF qui se tiendra lors des journées d’étude de l’université Sorbonne Paris Nord des 4 et 5 juin 2020.
En vous réitérant mon invitation à bien informer les doctorant.e.s de l’existence de ces bourses, veuillez recevoir, chères et chers collègues, mes très amicales salutations,
Nadia Mékouar Hertzberg
 

 
Cher-e-s collègues,
Les Journées de la Société des Hispanistes Français que l’Université Paris 13 organise en juin prochain (Jeudi 4 et vendredi 5 juin 2020) sur les Campus de Villetaneuse et de Condorcet (Aubervilliers) seront intitulées HispanismeS : de la marge au croisement des disciplines ?
Nous vous prions de trouver sur ce lien l’appel à communication. Nous invitons en particulier ceux de nos collègues qui mènent des recherches collectives, pluri- et inter-disciplinaires à venir nous présenter leurs projets et leurs travaux, éventuellement à plusieurs voix.
Le délai d’envoi des propositions est allongé au 15 janvier 2020.
Les envois sont à faire à l’adresse:  
Nous serons très heureux que vous y répondiez, et vous remercions de diffuser cet appel auprès de vos collègues.
Bien cordialement,
Le comité d’organisation des journées d’étude SHF 2020 de Paris 13

 
La Société des hispanistes français se prononce fermement contre le projet de réforme du concours du CAPES de Langues Vivantes Étrangères prévue pour la rentrée 2020 et qui n’a pas fait l’objet de consultation collégiale auprès de la communauté des enseignants du secondaire et du supérieur. Cette réforme représente un danger pour la qualité de l’enseignement des langues vivantes. En effet, le niveau disciplinaire des futur.e.s enseignant.e.s se verrait drastiquement affecté par la mise en place d’une réforme qui prévoit une réduction sensible de l’évaluation — et, par conséquent, de l’enseignement — des compétences culturelles et linguistiques des candidat.e.s au concours. Dans le projet actuel, les épreuves écrites se composeraient d’un seul écrit disciplinaire — sans qu’il soit, pour l’heure, précisé s’il se fera dans la langue étudiée — et d’une épreuve de nature pédagogique. Quant aux épreuves orales, elles visent essentiellement à évaluer les compétences pédagogiques des candidat.e.s (présentation d’un cours et entretien) et, de surcroît, aucune d’entre elles ne serait évaluée dans la langue qui aura vocation à être enseignée par les candidat.e.s. En somme, la part de compétences disciplinaires serait réduite à une épreuve sur quatre, dont la nature n’est pas connue à ce jour.
Forte de sa mission de défense et de développement des langues parlées dans le monde hispanique, la Société des hispanistes français insiste sur la nécessité de fournir aux futur.e.s enseignant.e.s une formation exigeante et de qualité dans tous les domaines suivants : non seulement les langues, mais aussi les arts, les littératures, les cultures et les civilisations étrangères et régionales. De ce fait, la Société des hispanistes français réclame un moratoire sur le projet de réforme du concours du CAPES et de l’organisation des enseignements au sein du Master MEEF. Par ailleurs, elle ne saurait trop insister sur la nécessité de consulter l’ensemble des acteurs de la communauté enseignante en amont de tout projet de réforme éducative.
Motion adoptée à l'unanimité des membres du Comité de la SHF, le 4 décembre 2019.
 
  

 

Chères et chers collègues,

il est temps de vous dévoiler les quatre photographies qui ont été retenues cette année. Nous aurons le plaisir de les voir apparaître tout au long de l'année 2020 dans le bandeau du site.

Nous remercions chaleureusement tous les participants de la qualité de leurs photographies.

Nous vous souhaitons de passer une agréable fin d'année.

photo 1Auteur : Jean-François Botrel
Date: 22 septembre 2019
Lieu : Soria
Titre: Soria : 22 septembre 2019, 13 heures

 

photo 2

Auteur : Manon Naro
Date : 16 mai 2017
Lieu : Valparaíso
Titre : La novia del océano

 

photo 5

Auteur : Pauline Gaulin
Date : 21 février 2015
Lieu : Lisbonne
Titre : Dolor azul lejos

 

photo 6

Auteur : Ghislaine Floury-Dagorn
Date : Août 1984
Lieu : Portugal
Technique : Photographie argentique, tirage sur diapositive Fujichrome
Titre : Plage de FOZ DO ARELHO

 


 

C'est avec une grande tristesse que nous avons appris le décès de Claude Morange à Paris, le 4 décembre 2019.
Né en 1937, il avait intégré l'École Normale Supérieure de Saint-Cloud en 1955, en même temps que Pierre Dupont, Jacques Maurice et Augustin Redondo. Agrégé d'espagnol en 1960 (après un séjour en Espagne), il avait d'abord été professeur dans le Second Degré, comme ses condisciples, ce qui était très formateur. Il avait enseigné en premier lieu au lycée de Nancy (où il avait contribué au développement de l'enseignement du castillan dans l'Est de la France), puis à celui d'Antony, quand il avait regagné la région parisienne. Postérieurement, il était entré dans l'Enseignement Supérieur comme assistant, d'abord à l'Université de Poitiers, ensuite à celle de Paris. Après les événements de 1968, qui avaient conduit à la division de l'ancienne Sorbonne, il fut un des rouages de l'enseignement des études hispaniques à l'Université de Paris III-Sorbonne (devenue Université de la Sorbonne Nouvelle) où il occupa les fonctions de Maître-Assistant puis de Maître de Conférences jusqu'à sa retraite en 1997.
Spécialiste de l'Espagne de la fin du XVIIIe siècle et de la première moitié du XIXe, il était très estimé des autres enseignants et de ses étudiants, qu'il préparait notamment, avec une grande rigueur, au difficile exercice du thème d'agrégation. Il avait su établir de solides liens scientifiques avec nombre de ses collègues français (au-delà même de l'équipe de recherche dont il faisait partie à Paris III). Il en allait de même avec ses collègues espagnols, tout spécialement avec Alberto Gil Novales, qu'il considérait comme son second maître, après Aristide Rumeau. Ce dernier, dont il appréciait beaucoup les qualités pédagogiques et scientifiques, avait été en effet son professeur puis le directeur de ses recherches à l'Institut d'Études Hispaniques de la Sorbonne. Claude Morange gardait un air détaché au sujet de ses travaux, mais il a été un chercheur productif et il a poursuivi ses recherches avec assiduité après sa retraite. Il s'est attaché ainsi, en véritable historien, à étudier l'impact de la France des Lumières et de la Révolution en Espagne à la fin de l'époque moderne et au début de l'époque contemporaine, sans négliger, pour ce faire, les apports de la presse.
Dans cette perspective, il s'est intéressé à l'activité et à l'œuvre de Sebastián de Miñano, cet afrancesado journaliste et écrivain, à la "révolution" de 1808-1814, au premier libéralisme espagnol, etc. Il a donc rédigé de nombreux articles et plusieurs livres, très bien accueillis par les spécialistes, qui ont reconnu l'importance de ses publications, aussi bien en France ou en Espagne qu'ailleurs. Pour ce qui est de ses ouvrages, il faut citer : Siete calas en la crisis del Antiguo Régimen Español (Alicante, Instituto Alicantino de Cultura Juan Gil-Albert, 1990), Paleobiografía (1779-1819) del "Pobrecito holgazán" Sebastián de Miñano (Salamanca, Ediciones Universidad de Salamanca, 2002), Una conspiración fallida y una constitución nonnata (1819) (Madrid, Centro de Estudios Políticos y Constitucionales, 2006). A cela s'ajoutent deux éditions, l'une de diverses oeuvres satiriques de Miñano et l'autre, d'écrits politiques de Olavarría : Sebastián de Miñano, Sátiras y panfletos del Trienio constitucional (1820-1823) (Madrid, Centro de Estudios Políticos y Constitucionales, 1994), Juan de Olavarría, "Reflexiones a las Cortes" y otros escritos políticos (Universidad del País Vasco, 2007).
Parallèlement, ayant pratiqué un engagement politique et militant depuis l'époque de l'ENS de Saint-Cloud, il avait gardé, malgré les désenchantements que connurent les intellectuels de sa génération, une sensibilité affirmée aux problèmes politiques et sociaux, ainsi qu'universitaires, en particulier à ceux qui concernaient nos disciplines.
Claude Morange a parfaitement illustré ce que devait être un enseignant-chercheur. C'est un hispaniste de valeur qui nous a quittés mais son souvenir restera très vivant chez tous ceux qui l'ont connu.
Augustin Redondo, Université de la Sorbonne Nouvelle
 

Chères et chers adhérents,
Vous trouverez, ci-dessous, le compte rendu de la dernière réunion du Comité de la SHF, qui s'est tenue le 5 octobre au Colegio de España.
Vous souhaitant une bonne lecture !

 

Dans le cadre des Archives ouvertes de la SHF, nous avons eu l’honneur de rencontrer le Professeur Augustin Redondo, le 11 février 2019, à l’Université de la Sorbonne Nouvelle où il occupa, pendant plus de vingt ans, la chaire de Civilisation et Littérature du Siècle d’or. Ce premier entretien inaugure une collection que les membres de la SHF souhaitent consacrer aux « figures » de l’hispanisme français.

Le Professeur Redondo a présidé la SHF, l’Asociación Internacional de Hispanistas et il est le fondateur du Centre de Recherches sur l’Espagne des XVIe et XVIIe siècles (CRES).

Nous remercions Pierre Thieulin-Pardo pour ses conseils techniques.

Sarah Voinier (Université d’Artois), Pauline Renoux (Université Sorbonne Nouvelle), Hélène Thieulin-Pardo (Sorbonne Université)

Journées d’étude Université Paris 13
Société des Hispanistes Français
Jeudi 4 et vendredi 5 juin 2020
Campus de Villetaneuse et Campus Condorcet (Aubervilliers)
 
HispanismeS : de la marge au croisement des disciplines ?

 

Lors de ces journées d’étude, qui incluront une réunion du bureau et du comité de la Société des Hispanistes Français ainsi qu’une Assemblée générale, il s’agira de questionner le paradigme des « disciplines » et des échanges ou croisements entre elles. En effet, les hispanistes, avec les lusistes et les catalanistes, ne se définissent pas comme des spécialistes de telle ou telle discipline, mais comme des spécialistes de domaines étrangers. Ainsi, nous postulons que nous sommes aux marges des disciplines, placés dans une sorte de marginalité. Mais celle-ci serait-elle seulement synonyme de marginalisation ? N’impliquerait-elle pas plutôt de nous placer, avec les autres enseignants-chercheurs des domaines étrangers, dans une position de médiation entre les disciplines, au sein même de nos formations et de nos recherches, et entre les collègues d’autres départements et laboratoires, identifiés pour leur part par une seule discipline (si tant est que cela soit possible dans les faits) : historiens, spécialistes de littérature, linguistes, géographes, sociologues, anthropologues, historiens de l’art, etc. ?

Aujourd’hui nous faisons le constat que la recherche, de façon générale, est dans une dynamique de globalisation. Par ailleurs, les chercheurs en « humanités » sont invités à mettre en œuvre un dialogue non seulement interne, entre les disciplines qui les constituent, mais aussi externe, avec les disciplines de sciences dures, les médecins, les économistes, les juristes, etc., ainsi qu’à « passer à l’ère du numérique ». Quel rôle y jouent les spécialistes de domaines étrangers ? Quel rôle doivent/peuvent-ils y jouer ?

Les hispanistes, travaillant main dans la main avec les lusistes et les catalanistes dans les universités françaises, ont-ils une identité propre au sein des spécialistes de domaines étrangers ? L’hispanisme, ou plutôt les hispanismes, sont à un tournant, dans un moment de redéfinition. Ils s’écartent de l’hispanisme porté en héritage depuis le début du XXe siècle en France. Dans celui-ci le Moyen Âge et le Siècle d’Or avaient la part belle parce qu’ils étaient un prolongement des études classiques. Désormais, comme dans tous autres domaines étrangers, les thèses de doctorat portent en grande majorité sur la période contemporaine. Mais dans les hispanismes celles-ci portent en outre pour plus de la moitié sur les pays de l’Amérique ibérique, avec une présence notable et croissante des études filmiques, et plus généralement des arts visuels, ce que l’on ne peut constater dans aucun autre domaine étranger en France.

Nous proposons dans ce cadre de mettre en œuvre et en débat la question du passage de la marge au croisement des disciplines dans les différents domaines de formation et de recherche des lettres et sciences humaines et sociales : où et comment passer de la pluri- à la transdisciplinarité ?

Les termes de ce qui définit les différents domaines de formation et de recherche sont eux-mêmes discutés, en particulier le terme de « civilisation ». L’on constate également l’usage croissant du paradigme des « Studies », des « Cultural Studies », des « Visual Studies », « Gender Studies », etc. Quelle place dans ce cadre pouvons-nous accorder dans l’hispanisme européen à l’expression de « Spanish Studies » ou de « Iberian Studies » forgée par le monde anglo-saxon ?

Afin de ne pas apporter de réponse toute faite à ces questions, les journées d’étude de Paris 13 donneront la parole à des chercheurs de « disciplines » différentes. Nous organiserons des ateliers parallèles, avec interventions (en français, espagnol, portugais ou catalan) de 20 minutes sélectionnées par le comité d’organisation.

Pour ces ateliers, il y aura à chaque fois un modérateur et un ou deux discutant(s). Les intitulés de chacun d’entre eux seront :

— Textes et images

— Histoires et littératures

— Langues et traductions

— Territoires ibériques

— Dialogue lusistes-catalanistes- hispanistes

Les propositions de communication sont à envoyer à avant le 15 janvier 2020. En plus de leur titre et de la mention de la session dans laquelle elles s’insèreraient, elles doivent comprendre un résumé de 10 lignes et 5 mots-clés.

 

Jornadas de estudio Universidad de París 13

Sociedad de Hispanistas Franceses

Jueves 4 y viernes 5 de junio de 2020

Campus de Villetaneuse y Campus Condorcet (Aubervilliers)

 

Hispanismos: ¿del margen al cruce de disciplinas?

 

En el marco de estas jornadas, que incluirán una reunión de la dirección y otra del comité de la Sociedad de Hispanistas Franceses, así como una asamblea general, se tratará de cuestionar el paradigma de las “disciplinas” y de los intercambios o cruces entre ellas. De hecho, los hispanistas, con los lusistas y los catalanistas, no se definen como especialistas de una u otra disciplina, sino de unas “áreas” extranjeras. De este modo, postulamos que estamos al margen de las disciplinas, que nos encontramos en una suerte de marginalidad. Pero, ¿será esta solamente sinónimo de marginalización? O, más bien, ¿no implicará situarnos, con los otros investigadores sobre áreas extranjeras, en una posición de mediación entre las distintas disciplinas, dentro de nuestras propias estructuras de docencia e investigación, pero también entre los colegas de otros departamentos y grupos de investigación, identificados por su parte con una única disciplina (suponiendo que esto sea posible): historiadores, especialistas de literatura, lingüistas, geógrafos, sociólogos, antropólogos, historiadores del arte, etc.?

Hoy constatamos que la investigación, de modo general, está en una dinámica de globalización. Por lo demás, se incita a los investigadores del ámbito de “humanidades” a un diálogo no solo interno, entre las disciplinas que las constituyen, sino también externo, con las ciencias duras, con los médicos, los economistas, los juristas, etc., así como a “pasar a la era digital”. ¿Qué papel tienen los especialistas de áreas extranjeras en este contexto? ¿Qué papel deben/pueden tener?

Los hispanistas, que trabajan estrechamente con los lusistas y los catalanistas en las universidades francesas, ¿tienen una identidad propia entre los especialistas de áreas extranjeras? El hispanismo, o más bien los hispanismos, se encuentran en un momento crucial, de redefinición. Se apartan del hispanismo heredado desde principios del siglo XX en Francia. En este hispanismo, la Edad Media y el Siglo de Oro ocupaban un lugar preponderante, porque constituían una prolongación de las humanidades clásicas. Hoy en día, como en las demás áreas extranjeras, las tesis doctorales versan en su gran mayoría sobre el periodo contemporáneo. Y además, más de la mitad de ellas versan sobre países latinoamericanos, con una presencia notable y creciente de estudios fílmicos, y más en general de estudios sobre las artes visuales, lo que no se puede constatar en ninguna otra área extranjera estudiada en Francia.

En este contexto, proponemos debatir la cuestión del paso desde el margen al cruce de disciplinas, en los distintos ámbitos de formación e investigación en letras y ciencias humanas y sociales: ¿dónde y cómo pasar de la pluri- a la transdisciplinariedad?

Son objeto de discusión los propios términos que delimitan los distintos ámbitos de formación e investigación, en particular el término “civilización”. Se constata igualmente un uso creciente del paradigma de los “Studies”, de los “Cultural Studies”, “Visual Studies”, “Gender Studies”, etc. En este marco, ¿qué lugar podemos reservar, en el hispanismo europeo, a las nociones de “Spanish Studies” o “Iberian Studies” forjadas por el mundo anglosajón?

Para no aportar a estas cuestiones una respuesta preestablecida, las jornadas de estudio de la Universidad de París 13 darán la palabra a investigadores de “disciplinas” diferentes. Organizaremos talleres paralelos, con intervenciones (en español, portugués, catalán o francés) de 20 minutos seleccionadas por el comité de organización.

En estos talleres, habrá un moderador y uno o dos ponentes. Los títulos de cada uno de ellos serían:

— Textos e imágenes

— Historias y literaturas

— Lenguas y traducciones

— Territorios ibéricos

— Diálogo lusistas-catalanistas-hispanistas

Las propuestas de comunicación deberán mandarse a antes del 15 de enero de 2020. Además de indicar del título y la sesión en la cual se insertaría, deberán incluir un resumen de 10 líneas y 5 palabras clave.

 

Jornada de estudos – Universidade Paris 13

Sociedade dos Hispanistas da França

Quinta-feira 4 e sexta-feira 5 de junho de 2020

Campus de Villetaneuse e Campus Condorcet (Aubervilliers)

 

HispanismoS: da margem ao cruzamento de disciplinas?

 

Na ocasião dessa jornada de estudos, que inclui uma reunião do comitê da Sociedade de Hispanistas da França bem como uma Assembleia Geral, busca-se questionar o paradigma das « disciplinas » e das trocas ou cruzamentos entre elas. Com efeito, os hispanistas, junto com os lusistas ou catalanistas, não se definem propriamente como especialistas de uma ou outra disciplina, mas como especialistas de domínios estrangeiros. Assim, postulamos que estamos às margens das disciplinas, situados numa forma de marginalidade. Mas será que se trata somente de uma forma de marginalização? Ou não seria mais pertinente pensar que estamos, juntamente com outros professores-pesquisadores de áreas estrangeiras, numa posição de mediação entre as disciplinas, no âmbito mesmo das nossas formações e das nossas pesquisas, e entre os colegas de outros departamentos e laboratórios, que são identificados a uma única disciplina (se é que, de fato, isso seja possível): historiadores, especialistas de literatura, linguistas, geógrafos, sociólogos, antropólogos, historiadores da arte, etc.?

Na atualidade, constatamos que a pesquisa, de maneira geral, encontra-se numa dinâmica de globalização. Além disso, os pesquisadores em « humanidades » são convidados a colocar em prática um diálogo não somente interno, entre as disciplinas sociais e humanas, mas também externo, com as disciplinas das ciências tidas como « duras », com profissionais das áreas de saúde, economistas, juristas, etc, além da imposição das necessidades próprias da « era digital ». Qual papel exercem os especialistas dos domínios estrangeiros? Qual papel devem/podem desempenhar?

Será que os hispanistas, trabalhando associados aos lusistas e catalanistas nas universidades francesas, possuem uma identidade própria no meio dos especialistas de domínios estrangeiros? O hispanismo, ou mais particularmente oS hispanismoS, encontra-se num momento de guinada, de redefinição, tendendo a distanciar-se de um hispanismo que tem suas origens, na França, no início do século XX, quando a Idade Média e o Século de Ouro tinham um lugar privilegiado já que o campo era visto como um prolongamento dos estudos clássicos. No entanto, nos últimos tempos, como nos outros domínios estrangeiros, as teses de doutorado portam na sua grande maioria sobre o período contemporâneo. Além disso, surgem progressivamente novos trabalhos no domínio dos hispanismos que privilegiam os países ibero-americanos, com forte e crescente presença dos estudos cinematográficos e, de maneira mais geral, das artes visuais, o que não se constata em nenhuma outra área estrangeira na França.

Nesse contexto, propomos refletir e debater sobre a questão da passagem da margem ao cruzamento de disciplinas nos diferentes domínios de formação e de pesquisa em letras e ciências humanas e sociais: onde e como se concretiza a passagem da pluri à transdisciplinaridade?

Os próprios termos que definem os diferentes domínios de formação e de pesquisa podem ser discutidos, em particular a noção de «civilização». Constata-se da mesma forma o uso crescente do paradigma dos «Studies», «Cultural Studies», dos «Visual Studies», dos «Gender Studies», etc. Nesse sentido, qual lugar atribuir no hispanismo francês à expressão de «Spanish Studies» forjada no mundo anglo-saxônico?

Sem pretender esgotar essas questões, a jornada de estudos de Paris 13 busca dar voz a pesquisadores de diferentes «disciplinas». Serão organizados ateliês paralelos, com intervenções de 20 minutos (em português, espanhol, catalão o francês) selecionadas pelo comitê de organização.

Para esses ateliês, serão previstos um moderador e um ou dois debatedores. Os temas propostos para os ateliês são:

- Textos e imagens ;

- Histórias e literaturas ;

- Línguas e traduções ;

- Territórios ibéricos ;

- Diálogo entre lusistas-catalanistas-hispanistas

As propostas de comunicação devem ser enviadas a antes do dia 30 de novembro de 2019. Devem apresentar um título e mencionar o ateliê desejado, um resumo de aproximadamente 10 linhas e 5 palavras-chaves, bem como uma nota de apresentação do autor ou atora da proposta.


 

Convocatoria para el envío de propuestas de secciones al XXIII Congreso de la Asociación Alemana de Hispanistas
Nuevos ambientes de la hispanística: digitalización, reinscripciones, interfaces
Graz, 24-27 de febrero de 2021
 
La revalorización de las perspectivas de investigación históricas, la digitalización de los datos (técnicas de exploración, elaboración y presentación digitales) han ido creando nuevos entornos y ambientes tanto para la investigación como para la enseñanza. Donde antes se intentaba separar netamente la “lingüística” de la “filología”, el trabajo con corpus históricos demuestra con cada vez mayor evidencia la complementariedad de las dos formas de investigación. En este sentido, resulta muy problemático analizar citas sacadas de corpus sin conocer bien su entorno (cotexto, texto-manuscrito, contexto). Además, dicha separación contribuye a incrementar la distancia entre Lingüística y Estudios literarios, conllevando, por ejemplo, el final de una Estilística en la tradición de Leo Spitzer que se fundamentaba tanto en la lingüística como en la filología y el análisis literario. No es casualidad, pues, que se insista cada vez más en las interfaces y espacios comunes que se producen entre las disciplinas.
La digitalización interviene decisivamente en este proceso. La cantidad de datos disponibles ofrece nuevos accesos, por ejemplo, a la variación lingüística y a su uso para la reconstrucción diacrónica. Así, la investigación se abre a nuevos entornos, a nuevos ambientes, en los que se “reinscriben” sus datos y resultados, viéndose a la vez expuesta a nuevos desafíos, condicionamientos y restricciones. Por ello, se concibe la digitalización en y de la hispanística como reinscripción de contenidos provenientes del mundo hispanohablante en nuevos contextos. Por otra parte, dicha situación no conlleva únicamente la circulación de tradiciones filológicas o de saberes sobre las especificidades e historias disciplinarias en otros contextos, sino también su relocalización en nuevas textualidades y procesos.
Asimismo, este enfoque integrativo encuentra resonancia en la investigación literaria a través del concepto de medioambiente. Recientes desarrollos en los estudios literarios hispanísticos tematizan la estetización de dimensiones éticas de la interacción del ser humano con la naturaleza, así como las representaciones y funcionalizaciones de ecosistemas y sus problemáticas (destrucción medioambiental, explotación de recursos naturales, conciencia ambiental, sostenibilidad, entre otros temas).
El XXIII Congreso de la Asociación Alemana de Hispanistas, que se celebrará entre el 24 y el 27 de febrero de 2021 en la ciudad austríaca de Graz, plantea estos nuevos entornos como su eje temático. Se propone estimular la discusión crítica sobre los recientes ambientes en los que se encuentra la investigación hispanística y sobre las posibilidades y límites que implica su digitalización. 
Consulte el texto completo de la convocatoria en la página de la Asociación Alemana de Hispanistas.
 

 

Agenda

Janvier 2020
L Ma Me J V S D
1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31

Appels à communication

Appel à dossiers, contributions CCEC - 12/10/2020
Émotions, stratégies politiques et participation citoyenne dans les sociétés européennes et américaines contemporaines - 15/05/2020
« Retours à l’Apocalypse ». Héritage et hypertextualité dans les Mondes romans du Moyen Âge à nos jours - 30/04/2020
La réception du Siècle d’Or espagnol dans les pays germanophones - 31/03/2020
Personas Mayores en el Mundo en el Siglo 21. Aprendiendo a convivir - 15/04/2020
MEDIO AMBIENTE: DESAFÍOS CONTEMPORÁNEOS - 30/01/2020
Journée d’Etude :"Violencia y política en Latinoamérica: instituciones, sociedad civil y conflictividad" - 25/03/2020
XVIII Encuentro Internacional del GERES - 19/06/2020
IX Congreso Internacional de Lexicografía Hispánica: Lexicografía del Español. Internacionalización e Intercomunicación - 29/02/2020
Il était une fois le conte dans les mondes hispaniques. Entre discontinuité et permanence, métamorphoses d’un genre. - 30/01/2020
IVe Congrès APEF - AFUE - SHF "La mémoire en questions" - 15/03/2020
Journée d'étude "Plurivocalité et polyphonies" - 20/01/2020
Séminaire Mémoire et Histoire en Amérique Latine et en Espagne. Du contemporain au temps présent - 10/06/2020
Appel à contribution - revue HispanismeS - 08/07/2021
Rencontre avec l'écrivain dominicain Rey Andujar - 24/01/2020
« Entre approche théorique et exemple de Life course » / Workshop du Projet ILA - 31/01/2020
Colloque international "À la recherche d’un passé lointain : quête d’identité et reconstitution d’une histoire nationale dans le roman historique" - 07/02/2020
Politiques et pratiques culturelles dans les villes: pour une approche comparée Europe/Amériques - 23/03/2020
Clémentine Lucien. De l'interculturalité dans la Caraïbe: Voies et voix en mouvement - 12/02/2020
Congreso de la Asociación de Hispanistas de Benelux - REAH - 15/03/2020

Congrés, colloques et journées d'étude

09/01/2020 - Appel à dossiers, contributions CCEC
09/01/2020 - Émotions, stratégies politiques et participation citoyenne dans les sociétés européennes et américaines contemporaines
10/01/2020 - « Retours à l’Apocalypse ». Héritage et hypertextualité dans les Mondes romans du Moyen Âge à nos jours
11/01/2020 - La réception du Siècle d’Or espagnol dans les pays germanophones
11/01/2020 - Personas Mayores en el Mundo en el Siglo 21. Aprendiendo a convivir
12/01/2020 - MEDIO AMBIENTE: DESAFÍOS CONTEMPORÁNEOS
13/01/2020 - Journée d’Etude :"Violencia y política en Latinoamérica: instituciones, sociedad civil y conflictividad"
13/01/2020 - XVIII Encuentro Internacional del GERES
14/01/2020 - IX Congreso Internacional de Lexicografía Hispánica: Lexicografía del Español. Internacionalización e Intercomunicación
15/01/2020 - Il était une fois le conte dans les mondes hispaniques. Entre discontinuité et permanence, métamorphoses d’un genre.
16/01/2020 - IVe Congrès APEF - AFUE - SHF "La mémoire en questions"
16/01/2020 - Journée d'étude "Plurivocalité et polyphonies"
16/01/2020 - Séminaire Mémoire et Histoire en Amérique Latine et en Espagne. Du contemporain au temps présent
18/01/2020 - Appel à contribution - revue HispanismeS
24/01/2020 - Rencontre avec l'écrivain dominicain Rey Andujar
31/01/2020 - « Entre approche théorique et exemple de Life course » / Workshop du Projet ILA
06/02/2020 - Colloque international "À la recherche d’un passé lointain : quête d’identité et reconstitution d’une histoire nationale dans le roman historique"
08/02/2020 - Politiques et pratiques culturelles dans les villes: pour une approche comparée Europe/Amériques
12/02/2020 - Clémentine Lucien. De l'interculturalité dans la Caraïbe: Voies et voix en mouvement
15/02/2020 - Congreso de la Asociación de Hispanistas de Benelux - REAH

Annonces

Aucun événement

Séminaires

Aucun événement
Aller au haut