Journée d'étude "Le flamenco dans tous ses états : de la scène à la page, du pas à l'image" Télécharger au format iCal
 
Journée d’Etude interdisciplinaire
« Le flamenco dans tous ses états : de la scène à la page, du pas à l’image »
21 novembre 2019 – Université Littoral Côte d’Opale – Boulogne-sur-Mer
Le flamenco, connu pour se rattacher au folklore andalou et à la culture gitane, et dont l’origine du mot serait arabe ou germanique, rappelant le côté « flamboyant » selon Manuel García Matos ou « errant » selon Blas Infante (Orígenes de lo Flamenco y Secreto del Cante Jondo, 1929-1933), est à envisager comme « la superación musical del folklore andaluz, por lo que se considera un arte compuesto de cante, baile y música, y poseedor de una deslumbrante cantidad de vertientes o estilos, que lo hacen único y sorpresivo » (Manuel Rios Ruiz, Historia del flamenco, vol. 1, p. 7).
Le flamenco comporte toute une gestuelle qui représente un véritable cri du corps entier. Dans le flamenco, « le risque prend figure de rythme » (Didi-Huberman, p. 36) car la danse est aussi une lutte selon Federico García Lorca, qui consacra poèmes et conférences au flamenco et à la corrida (nous pouvons citer, par exemple, le Poema del cante jondo lu en partie par lui-même en 1922 lors du Concours de Cante Jondo de Grenade qu’il organisa avec Manuel de Falla ou son élégie à Ignacio Sánchez Mejías).
Ainsi que le souligne José Bergamín dans La música callada del toreo : « La danse et le chant andalous semblent s’unir dans la figure lumineuse et obscure du torero et du taureau […] pour, en définitive, jouer le tout à pile ou face, le tout pour le tout » (cité par Didi-Huberman, p. 60). En effet, tout comme il existe un roman tauromachique cher à Hemingway ou à Michel Leiris (Miroir de la tauromachie), certains romanciers actuels tels que Roberto Montero Glez s’identifient au flamenco dans leur écriture et n’hésitent pas à faire du flamenco une « invocation métaphorique », « la raison poétique la plus profonde de [leur] propre travail – de [leur] propre jeu – d’écriture » (Didi-Huberman, p. 65). On peut ainsi interroger comment le baile et le cante jondo s’invitent tant dans les pages que sur les toiles, les pellicules ou les écrans pour y insuffler un rythme, une musicalité, une poésie, un duende, une intensité, depuis le XVIIIe siècle jusqu’à nos jours ?
Le flamenco ne se cantonne pas à la seule aire de la péninsule ibérique mais est un art qui s’exporte facilement, dépassant aisément les frontières, non seulement génériques, mais culturelles et géographiques. L’ancrage du flamenco en Amérique latine est particulièrement notable puisqu’il a influencé grandement le développement des danses latines, de leurs rythmes et de leurs mouvements (pensons au tango par exemple). De plus, il y est décrit aussi bien dans les chroniques du début du XXe siècle du Nicaraguayen Rubén Darío, de l’Argentin Jorge Luis Borges, du Péruvien Félix del Valle ou du Mexicain Alfonso Reyes racontant leur voyage en Andalousie, que dans les tablaos peints par le Colombien Fernando Botero célébrant et la musique et la danse andalouse à la fin du siècle passé. Aujourd’hui, les artistes latino-américains qui résident en Andalousie comme le Péruvien Fernando Iwasaki ou le Cubain Alexis Díaz Pimienta incluent le flamenco à leur production littéraire. Doit-on y voir une simple observation exotique du folklore local (car ils sont étrangers) ou une réflexion identitaire sur leurs propres origines (car ils y trouvent – à travers la langue et la musicalité – des traces de leurs racines culturelles communes avec l’Espagne) ?
Il serait également intéressant de se pencher sur la projection de la culture et du style flamenco dans d’autres pays pas forcément hispanophones : nous pouvons ainsi penser aux œuvres de l’écrivain britannique Arthur Symons (1865-1945), particulièrement sensible à cet art, et, de même, dans un autre registre, au Festival de danse de Düsseldorf en Allemagne où chaque année, depuis 25 ans, le flamenco est mis à l’honneur.
Pourront être envisagés les axes d’étude suivants (sans que cela soit limitatif) :
-Histoire du flamenco : les différentes formes de flamenco, de cante jondo, le « chant profond », cette « nuit du langage » (José Bergamín, La Décadence de l’anaphabétisme) ; ses grandes figures, ses interprètes (voix – cantaores –, danse – bailaores – et guitare – tocaor –), son vocabulaire (chufla, jabera, martinete, saeta, siguiriya, soleá, etc.), ses lieux (cafés, cabarets, tablaos) ; Antonio Machado y Álvarez (Demófilo), etc.
-Chorégraphie ou scénographie du flamenco : guitare, voix et gestuel ; flamenco et tauromachie, danse et corrida (« Les remates de la danse flamenca [sont] comme des passes tauromachiques », Didi-Huberman, p.117) ; le chorégraphe Israel Galván dans Arena (2004), etc.
-Rapport avec la littérature européenne et internationale (le flamenco en tant que thème et source d’inspiration ; prose et poésie), avec les Arts (représentations en peinture, dans la gravure, dans la photographie et au cinéma ; Darío de Regoyos, Julio Romero de Torres, John Singer Sargent, etc. ; Edgar Neville, Tony Gatlif ou Carlos Saura), avec le théâtre.
-Les anti-flamenco : le flamenco n’a pas que des admirateurs. Des auteurs tels qu’Armando Palacio Valdés, Leopoldo Alas Clarín, Azorín, Pío Baroja, Eugenio Noel se sont clairement positionnés contre cet art.
Cette journée d’étude se proposera ainsi, non seulement de revenir sur l’histoire de cet art, dans toutes ses spécificités, ses styles et ses subtilités et sur ses grandes figures passées et présentes (Silverio Franconetti Aguilar, Manuel Soto Loreto « Manuel Torre », Juan Breva, « La Niña de los Peines », La Argentinita, Manuel de los Santos Pastor « Agujetas », Blanca del Rey, Paco de Lucia, Camarón de la Isla, Sara Baras, Juan Manuel Hernández Montoya, Felix Conde…) mais d’en apprécier également les transferts esthétiques dans l’art et la littérature entre tradition et modernité.
 
Envoi des propositions jusqu’au 30 juin 2019 à : , ,
Lieu Université Littoral Côte d'Opale - Boulogne-sur-Mer
Contact 

Agenda

Juin 2019
L Ma Me J V S D
1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30

Appels à communication

Réalisme(s) dans la fiction littéraire espagnole contemporaine (XIXe-XXe-XXIe siècles) - 15/09/2019
Le musée dans la littérature - 10/07/2019
Portes et seuils au Siècle d'or 2 : métaphores et symboles - 01/09/2019
Insinuer dans l'Espagne du Siècle d'Or - Université Montpellier 3 - 25/10/2019 - 01/09/2019
Journée d'étude "Le flamenco dans tous ses états : de la scène à la page, du pas à l'image" - 30/06/2019
La Guerre Civile espagnole : un hiéroglyphe toujours à décrypter ? Regards extérieurs sur un conflit national (1939-2019) - 30/09/2019
Congreso AHILA del 2020 en París / SIMPOSIO Género y mujeres en la historia, cultura y política de la región andina siglos XIX y XX - 10/09/2019
Le mouvement hippie dans le monde hispanique. Identités – Mobilités – Conflits – Héritages - 01/09/2019
De la ville à la nation : continuité et ruptures dans l’histoire de la chanson espagnole contemporaine (XIXe -XXIe siècles) - 15/10/2019
Journée d'étude sur le Street art - 21/06/2019
Noir Caraïbe. 2ème Journée d'étude sur l'écriture policière dans la zone caribéenne - 30/09/2019
Sexe majeur, sexe mineur ? « Les femmes qui pensent ne sont pas (toutes) dangereuses » - 02/09/2019
Prochaines Journées d’étude de la SHF - 30/11/2019
Appel à contribution Supplément au numéro 8 de la revue TrOPICS dédié à La Tribuna (1883) d’Emilia Pardo Bazán - 30/07/2019
Appel à contribution Supplément au numéro 8 de la revue TrOPICS dédié à La Tribuna (1883) d’Emilia Pardo Bazán - 31/07/2019
Enseigner les langues en LEA - 20/06/2019
Appel à contribution Supplément au numéro 8 de la revue TrOPICS dédié à La Tribuna (1883) d’Emilia Pardo Bazán - 01/08/2019
Appel à contribution Supplément au numéro 8 de la revue TrOPICS dédié à La Tribuna (1883) d’Emilia Pardo Bazán - 02/08/2019
Appel à contribution Supplément au numéro 8 de la revue TrOPICS dédié à La Tribuna (1883) d’Emilia Pardo Bazán - 03/08/2019

Congrés, colloques et journées d'étude

18/05/2019 - Réalisme(s) dans la fiction littéraire espagnole contemporaine (XIXe-XXe-XXIe siècles)
08/06/2019 - Le musée dans la littérature
08/06/2019 - Portes et seuils au Siècle d'or 2 : métaphores et symboles
09/06/2019 - Insinuer dans l'Espagne du Siècle d'Or - Université Montpellier 3 - 25/10/2019
09/06/2019 - Journée d'étude "Le flamenco dans tous ses états : de la scène à la page, du pas à l'image"
09/06/2019 - La Guerre Civile espagnole : un hiéroglyphe toujours à décrypter ? Regards extérieurs sur un conflit national (1939-2019)
10/06/2019 - Congreso AHILA del 2020 en París / SIMPOSIO Género y mujeres en la historia, cultura y política de la región andina siglos XIX y XX
10/06/2019 - Le mouvement hippie dans le monde hispanique. Identités – Mobilités – Conflits – Héritages
12/06/2019 - De la ville à la nation : continuité et ruptures dans l’histoire de la chanson espagnole contemporaine (XIXe -XXIe siècles)
12/06/2019 - Journée d'étude sur le Street art
12/06/2019 - Noir Caraïbe. 2ème Journée d'étude sur l'écriture policière dans la zone caribéenne
15/06/2019 - Sexe majeur, sexe mineur ? « Les femmes qui pensent ne sont pas (toutes) dangereuses »
16/06/2019 - Prochaines Journées d’étude de la SHF
18/06/2019 - Appel à contribution Supplément au numéro 8 de la revue TrOPICS dédié à La Tribuna (1883) d’Emilia Pardo Bazán
19/06/2019 - Appel à contribution Supplément au numéro 8 de la revue TrOPICS dédié à La Tribuna (1883) d’Emilia Pardo Bazán
20/06/2019 - Enseigner les langues en LEA
20/06/2019 - Appel à contribution Supplément au numéro 8 de la revue TrOPICS dédié à La Tribuna (1883) d’Emilia Pardo Bazán
21/06/2019 - Appel à contribution Supplément au numéro 8 de la revue TrOPICS dédié à La Tribuna (1883) d’Emilia Pardo Bazán
22/06/2019 - Appel à contribution Supplément au numéro 8 de la revue TrOPICS dédié à La Tribuna (1883) d’Emilia Pardo Bazán

Annonces

Aucun événement

Séminaires

Aucun événement
Aller au haut